lundi 29 janvier 2018

La troisième voie phalangiste

Cet article est paru dans le n°83 de la revue Aide-Mémoire de janvier-mars 2018

Le débat sur l’autonomie de la Catalogne a montré que l’Espagne était toujours marquée par la période du Franquisme[1]. Si nous avons déjà évoqué celui-ci, nous nous penchons dans cette chronique sur un mouvement original, dont la brièveté permettra une certaine mythification commencée alors même que la guerre civile n’est pas terminée.

Une maison d’édition d’extrême droite
Ars Magna est une maison d’édition fondée à Nantes en 1996 dont le catalogue est centré « sur l'histoire des mouvements d'orientation nationaliste-révolutionnaire et traditionaliste, sur la géopolitique et sur la traduction de textes idéologiques rares inédits » et qui se positionne dans une ligne eurasienne dénonçant les petits nationalismes. On retrouve dans son catalogue une collection consacrée exclusivement à l’œuvre de Julius Evola[2], une autre aux écrits du mouvement monarchiste ainsi qu’une consacrée à l’ésotérisme intitulée « Sonnenwende »[3]. On notera également une collection « Les Ultras », dans laquelle on retrouve plusieurs écrits de Pierre Drieu La Rochelle[4], qui « dans le monde gris du politiquement correct [où] les idées fortes ne sont plus de mise et les auteurs qui en professent sont bannis des maisons d'édition [donne] une tribune à ceux qui estiment que seules valent les idées radicales, celles pour lesquelles on engage toute une vie et pour lesquelles on risque la mort ». Enfin terminons cette présentation par la collection « Devoir de mémoire » qui, après avoir récupéré une citation de l’historien de gauche américain Howard Zinn, précise qu’elle a pour objectif d’écrire « sans aucun tabou, (…) la véritable histoire de courants politiques souvent oubliés, parfois occultés et toujours dénigrés et ainsi de contribuer à une meilleure compréhension du passé, du présent et de l'avenir ». Comme nous l’avons déjà rencontré et analysé, derrière cette absence de tabous et cette volonté de sortir du politiquement correct il n’y a en réalité qu’une réhabilitation des idées d’extrême droite. Une analyse du catalogue de cette maison d’édition étant à nouveau très illustrative.

La phalange, forme fasciste de l’extrême droite espagnole
C’est à partir de deux brochures parues dans la collection « Les documents » que nous analyserons l’idéologie prônée par la phalange. Celle-ci, dans sa forme indépendante avec un trajet original et une certaine influence politique, dure de 1934 à 1937. Soit de la fusion entre les « Juntas de ofensiva nationale-Sindicalista » (JONS, fondée en octobre 1931) et la « Falange española » (FE, fondée en octobre 1933) pour donner naissance à la « Falange espanõla de juntas de ofensiva nationale-sindicalista » en février 1934 jusqu’à la décision par Franco, en avril 1937, de créer la « Falange española tradicionalista y de las JONS » qui regroupait également les partisans de la monarchie espagnole neutralisant ainsi les deux tendances centrifuges. Comme souvent dans les mouvements d’extrême droite, la phalange est l’œuvre d’un seul homme : José Antonio Primo De Rivera, fondateur de la FE et nommé Jefe (patron) dès octobre 1934, et ce jusqu’à son exécution le 20 novembre 1936, de la structure unifiée.
C’est sur le modèle du fascisme italien[5] que Primo De Rivera développe son mouvement. Uniforme, salut fasciste, obéissance totale et aveugle au chef… mais aussi confrontation physique contre les adversaires politiques dans une posture décrite comme une nécessaire autodéfense. Il en reprend également les aspects de vitalité : « Notre mouvement ne serait pas entièrement compris si l’on croyait qu’il n’est seulement qu’une façon de penser ; ce n’est pas une manière de penser, mais une façon de vivre (…) nous devons adopter dans toutes les manifestations de notre existence, dans chacun de nos gestes, une attitude profondément et entièrement humaine. Cette attitude, c’est l’esprit de sacrifice et, de service, le sentiment spirituel et militaire de la vie »[6]. Contrairement à de nombreux autres leaders fascistes, De Rivera ne vient pas de la gauche. Il est le fils de Miguel Primo de Rivera, marquis de Estella, « pacificateur du Riff, mais encore l’homme politique, dictateur paternel, à qui son pays est redevable de sept années de paix dans le travail et la postérité. À ce grand patricien, enfin, le destin avait donné un fils d’une valeur remarquable dans tous les sens du mot et supérieurement doué[7] ». Son portrait est, forcément, celui d’un homme jeune et vigoureux sacrifiant sa propre vie au service d’une cause supérieure : « Ceux qui l’ont connu garderont toujours dans leur cœur sa belle figure à la noble prestance. Le nez droit, les sourcils bien arqués, de grands yeux au regard profond et compréhensif, le front large, de son être entier émanait une "aura" irrésistible pour celui à qui il adressait sa parole nerveuse. Je revois encore sa silhouette romaine et dominatrice qui se détache comme d’un haut relief de l’époque impériale[8] ».

Une troisième voie… de droite
S’il se présente comme incarnant une troisième voie qui rejette le clivage gauche-droite, dans le discours comme dans les faits la phalange est surtout antimarxiste : « la pensée sociale de la Phalange reste antimarxiste et dirigée contre la forme matérialiste du socialisme[9] ». Elle rejoint donc rapidement le camp franquiste dès le début du coup d’État malgré une volonté de départ de rester indépendante. Au niveau de la composition de ses membres et s’il y a insistance dans le discours sur l’hétérogénéité, la réalité montre un phénomène lié à une radicalisation de la jeunesse issue de la classe moyenne[10] ».
Les aspects révolutionnaires du discours de la phalange, qui dénonce l’esclavage économique que subissent les ouvriers sous les excès du libéralisme[11], effrayaient la droite traditionnelle. Ils seront gommés par Franco dès après la mort de Primo De Rivera. Ainsi de la conception du rôle des syndicats pour un mouvement qui se proclame « national-syndicaliste » : « José Antonio conçoit donc les "syndicats socialisés" comme des organismes collaborant et servant de base à l’évolution économique et sociale de l’État et non pas comme des représentants fictifs servant à l’oppression et à la mise au pas des travailleurs. Considérés comme représentants dynamiques de la vie du travail, ils deviennent, dans le système franquiste, de simples syndicats de façade et des institutions contrôlées et à la merci de l’État, ne pouvant pas mettre en cause la prédominance du capital[12] ». Il en sera de même de la nationalisation ou de la volonté de réforme agraire présentes dans la doctrine phalangiste : « Ainsi la requête phalangiste visant à une réforme agraire fut totalement ignorée et une grande partie des terres confisquées aux gros propriétaires des latifundias leur fut restituée par le Généralissimo[13] ».
Primo de Rivera, malgré les quelques aspects « révolutionnaires » qui seront vite évacués par Franco, reprenait les thèmes classiques que nous rencontrons dans cette chronique comme le rejet de la démocratie, intégrant l’interdiction des partis et l’établissement d’un État totalitaire, et l’antimarxisme au profit de la patrie : « Ce mouvement présent n’est pas un parti, mais plutôt un anti-parti, un mouvement, nous le proclamons, qui n’est ni de droite, ni de gauche (…) la Patrie est un tout comprenant tous les individus de quelque classe que ce soit. La patrie est une synthèse transcendantale, une synthèse indissoluble devant atteindre des buts qui lui sont propres[14] ». Dit autrement : « La patrie n’est pas une surface territoriale anonyme, mais une unité historique au-dessus des classes et des partis[15] ». Cette transcendance de la patrie, si elle explique le rejet de la lutte des classes, entraîne également un discours opposé à des formes d’autonomies régionales. Ainsi le programme de la Phalange énonce dès son point 2 que « tout séparatisme est un crime que nous ne pardonnerons pas » tandis que le point 3 réclame pour l’Espagne un rôle clef non seulement en Europe mais dans le monde avec une volonté de renouer avec le passé impérialiste et notamment d’être l’axe central du monde hispanique[16]. Primo De Rivera donne à sa vision nationaliste une dimension suprationale : « Elle met en fait que l’Occident est un, et que cette unité trouve son expression dans l’Empire comme sous Charlemagne ou Charles-Quint (…) L’empire s’oppose au morcellement de la Chrétienté provoquée par la Réforme et exalté par la Révolution (…) L’occident n’est pas seulement unité de culture, mais aussi tend à revenir unité politique jadis réalisée (…) est à nouveau la planche de salut pour les hommes de la nouvelle génération s’ils ne veulent pas être submergés par les internationales de toutes sortes[17] ». Ettore Vernier insiste par ailleurs dans son historique de la Phalange pour montrer que face aux Brigades internationales existeront dans le camp nationaliste également « des volontaires nationaux-révolutionnaires de nombreux pays européens [qui] viennent en aide au camp anticommuniste (…) Ainsi, des mouvements nationalistes de différents pays européens ont prouvé qu’ils étaient capables de se détacher d’une idéologie, jusqu’ici uniquement dirigée vers leur propre pays et sa grandeur, pour se mettre, avec les forces d’autres nations, au service d’un but supranational[18] ».
Une nouvelle fois, nous constatons avec la Phalange que si différents courants existent au sein de l’extrême droite, ils se rejoignent sur l’essentiel.


[1] Voir « L’idéologie derrière la carte postale » in Aide-mémoire n°62 d’octobre-décembre 2012 et « Le journalisme d’investigation n’est pas neutre » in Aide-mémoire n°74 d’octobre -décembre 2015.
[2] Voir « Le Fascisme est de droite » in Aide-mémoire n°47 de janvier-mars 2009 et « La révolution conservatrice » in Aide-mémoire n°48 d’avril-juin 2009.
[3] Soit « Solstice », mais aussi le nom d’une des dernières grandes offensives allemandes sur le Front de l’Est.
[4] Voir « Un vrai fasciste : ni de droite, ni de gauche mais… d’extrême droite » in Aide-mémoire n°31 de janvier-mars 2005.
[5] Sur celui-ci voir « L’ascension fulgurante d’un mouvement » in Aide-mémoire n°28 d’avril -juin 2004.
[6] La Phalange espagnole, coll. Les Documents, Ars Magna éditions, Nantes, 2003, p.15.
[7] Idem, p.1.
[8] Idem, p.6.
[9] VERNIER, Ettore, La phalange. Problématique d’une troisième voie, coll. Les Documents, Ars Magna éditions, Nantes, 2004, p.16.
[10] Idem, p.11.
[11] Voir notre précédente chronique « Antimarxiste et antidémocratique, bref d’extrême droite » in Aide-mémoire n°82 d’octobre -décembre 2017.
[12] VERNIER, Ettore, op.cit., p.17.
[13] Idem, p.23.
[14] La Phalange espagnole, op.cit., p.13.
[15] VERNIER, Ettore, op.cit., p.7.
[16] La Phalange espagnole, op.cit., pp.17-18.
[17] Idem, p.4. Sur ces aspects, voir « Le nationalisme européen de l’extrême droite » in Aide-mémoire n°35 de janvier-mars 2006 et « Le bilan du nationalisme » in Aide-mémoire n°39 de janvier-mars 2007.
[18] VERNIER, Ettore, op.cit., pp.21-22.

mardi 24 octobre 2017

Antimarxiste et antidémocratique, bref d’extrême droite



 Cet article a été publié dans Aide-Mémoire n°82 d'octobre-décembre 2017, p.11

Après plusieurs articles de décryptage plus actuels, nous abordons cette fois-ci un ouvrage plus ardu faisant partie des « classiques » d’une bibliothèque d’extrême droite. Le parcours de son auteur est en soi intéressant sur un aspect que nous avons déjà plusieurs fois souligné : les idées d’extrême droite sont loin d’avoir été éradiquées en 45 et sont vites revenues sur le devant de la scène[1].

Un « non-conformisme » d’extrême droite qui mène à l’académie française
Thierry Maulnier (1909-1988), de son vrai nom Jacques Talagrand, fait une partie de ses études avec Maurice Bardèche[2] et Robert Brasillach. C’est à ce moment qu’il commence à fréquenter l’Action Française de Charles Maurras en 1930[3]. Il intègre à la même époque le mouvement des non conformistes et multiplie les publications. Mais Maulnier va aussi être un penseur d’une extrême droite « révolutionnaire », surtout à partir de 1936 et de la fondation de L’insurgé puis en 1938 une collaboration régulière dans l’Action Française qu’il arrêtera fort opportunément au moment du débarquement des alliés en Afrique du Nord en novembre 1942. Ce retrait précoce lui permet de ne pas être trop compromis dans la collaboration, malgré sa participation peu avant à des conférences et formations pour la Légion Française des combattants. Devenu un collaborateur régulier du Figaro, il se consacre après la guerre à sa production littéraire et se fait discret sur le plan politique, permettant son entrée en 64 à l’Académie française. Maulnier ne sera cependant pas totalement inactif participant activement, à la fin des années 1960, avec Dominique Venner à l’Institut d'études occidentales et aux travaux de la « Nouvelle Droite »[4] dont il sera en 1979 membre du comité d'honneur de la Nouvelle École.

Une 3e voie antimarxiste et antidémocratique
Dans son ouvrage, à la lecture quelque peu ardue, Maulnier se positionne pour un nationalisme qui s’inscrit dans une troisième voie qui rejette à la fois le marxisme et le capitalisme, ce que d’aucun appelleront du « non conformisme » et qui est, nous l’avons déjà vu à plusieurs reprises dans cette chronique, un positionnement assez classique au sein d’une des tendances de l’extrême droite des années 20-30 à nos jours[5]. Pour lui, 1789 est l’évènement nécessaire aux puissances de l’argent pour abattre l’Ancien Régime, dont il reconnaît par ailleurs qu’il était arrivé au bout de son système, et pour prendre le pouvoir sous le masque de la démocratie : « démocratie et capitalisme, apparus au même moment de l’histoire, ne sont que les deux aspects d’une même idéologie, les deux formes sous lesquelles s’inscrit dans l’histoire la substitution à l’ancienne organisation communautaire de la nouvelle puissance née de l’essor industriel. La démocratie politique, en affaiblissant l’armature séculaire de la communauté nationale et en séparant l’État de ses inébranlables assises biologiques et historiques pour le fonder sur la poussière des souverainetés individuelles, n’a fait que compromettre la dernière chance qu’avait la communauté nationale d’opposer ou d’imposer son autorité à l’impérialisme social des maîtres de l’économie »[6]. Ainsi, pour Maulnier la démocratie n’est que le paravent de la domination de la nation par les puissances de l’argent : « La démocratie prend ainsi sa vraie figure : théoriquement, règne de tous les citoyens ; matériellement, règne de l’argent et de ceux qui le possèdent. Elle est l’arme politique de la conquête du pouvoir par la caste économique: l’arme de l’affaiblissement et de l’occupation de l’Etat par cette caste ; l’arme qui permet la substitution à la souveraineté communautaire de la puissance économique »[7]. Une puissance de l’argent qui tient à rester dans l’ombre et qui empêche la nation de détenir sa pleine souveraineté : «On sait jusqu’où la classe détentrice de la puissance économique a poussé les conséquences de la liberté économique qu’elle avait obtenue : la corruption actuelle des élections, l’asservissement financier de la presse, et, beaucoup plus profondément, l’organisation générale de la vie sociale en vue de maintenir, en tout état de cause, le taux de profit des capitaux investis dans la production, sont les meilleurs exemples de l’irruption des détenteurs de la puissance économique dans tous les domaines de la puissance sociale. L’indépendance de l’activité économique devant l’Etat a servi de masque à la mise en tutelle de l’Etat par les maîtres de l’économie. Lorsque la nation avait renoncé au droit de gouverner l’économie, elle avait reconnu en fait aux maîtres de l’économie le droit de gouverner la nation »[8]. Le capitalisme, sous couvert de la démocratie, ayant confisqué la souveraineté de la Nation, celle-ci se doit donc de le combattre : « On n’abattra pas le « capitalisme » sans détruire la structure politique correspondante à l’organisation capitaliste de la société, c’est-à-dire la démocratie»[9].
Mais cette lutte, un autre adversaire la mène. Cet adversaire, dont Maulnier reconnaît la justesse d’une partie de l’analyse et un réel apport dans la pensée politique, c’est le Marxisme. Mais celui-ci est dangereux car il ne s’appuie pas sur le sentiment national : « Ici encore, l’interprétation marxiste renverse le déroulement véritable des faits de l’histoire : la rivalité entre les nations n’est pas déterminée par la lutte pour la richesse économique ; la lutte pour la richesse économique est la forme que prennent les rivalités nationales pour l’hégémonie dans un monde où cette richesse est nécessaire à l’hégémonie »[10]. Mais sa cohérence et sa force en font un adversaire très dangereux, une puissance destructrice, d’autant qu’il est également un héritier des bouleversements de la révolution industrielle : « De ce point de vue, le marxisme n’était qu’un parasite idéologique du libéralisme. La révolution marxiste achevait la dissolution de l’ancienne communauté dans la fonction économique ; elle achevait de ravager l’infrastructure sociale humaine de l’économie »[11]. En fait, si le marxisme énonce une dénonciation légitime des abus subis par les classes les plus pauvres, il n’est cependant qu’une force destructrice pour la nation de par son concept de guerre de classes : « (…) la force manuelle de travail, incapable de créer une société prolétarienne, est capable de détruire la société bourgeoise, dans la mesure où elle lui fait défaut ; sans valeur sur le plan de la création sociale, le marxisme retrouve une valeur sur le plan de la révolte »[12]

Un néo-nationalisme
Face à ce double adversaire, le constat pour Maulnier est implacable : « Il est désormais impossible de justifier le nationalisme dans le cadre démocratique de l’Etat. Il est impossible de justifier le nationalisme dans le cadre capitaliste de la société. Il ne peut y avoir aujourd’hui de nationalisme, c’est-à-dire de conscience de la continuité vivante de la nation, qui ne soit en même temps révolutionnaire »[13]. En cela, le nationalisme ne peut se perdre dans le rêve d’un retour au passé, aux anciennes formes comme la monarchie, d’autant que « là où la monarchie s’est maintenue au cours du XIXe siècle, elle a pris peu à peu la forme d’un décor de la démocratie réelle, elle n’a plus servi que de paravent à sa propre décrépitude, comme il arrive aux institutions lorsque la force positive leur est retirée »[14] Et de préciser : « Quelles que soient la valeur et les chances futures des créations «fascistes », la nouveauté et le mérite particulier de leurs initiateurs ont été d’échapper à la dialectique imposée par le marxisme, de ne pas accepter la prétention marxiste d’incarner toutes les possibilités de l’avenir, et de ne pas se vouer stupidement à la défense de la seule forme de société qui soit tout à fait clairement exclue des possibilités de l’avenir : celle du passé »[15]. Le mouvement néo-nationaliste d’après-guerre qui recueille l’adhésion de Maulnier est souvent synonyme dans son ouvrage du fascisme. Un fascisme multiforme[16] émanation d’une classe bien précise de la société : « (…) les révolutions fascistes sont nées au XXe siècle de la menace qui pesait sur les communautés nationales et de la lutte des classes intermédiaires de la société contre la prolétarisation, mais ce qu’on appelle bien grossièrement le « fascisme » a pris dans les divers pays des formes extrêmement différentes, et rien n’interdit de penser qu’il puisse naître sous des formes plus différentes encore dans d’autres pays »[17]. Ce sont donc ces classes intermédiaires, soit la petite et la moyenne bourgeoisie effrayées par leur possible déclassement dans une période de grande instabilité économique et politique, qui sont venues en défense de la nation : « Mécontents et désireux d’améliorer leur sort, ils se sont donc tournés naturellement vers les doctrines révolutionnaires qui leur promettaient d’accroître leur puissance dans la communauté pour lui substituer une forme de société nouvelle ; ils ont fait le succès du « fascisme », parce que les mouvements « fascistes », sous une forme plus ou moins obscure et mystique, leur promettaient de restaurer et de sauver une communauté nationale qu’ils ne considéraient pas comme l’artifice de domination d’une caste de maîtres, mais comme leur propre bien »[18]
Le néo-nationalisme porté par ce que Maulnier nomme les « classes intermédiaires » n’est donc ni marxiste ni réactionnaire car il a notamment compris l’utilité réelle du syndicalisme à partir du moment où celui-ci n’a plus sa dimension de lutte de classes[19] : « (…) les mouvements nationalistes modernes, bien qu’affirmant essentiellement une conscience nationale et une volonté de vivre selon un style national auxquels le mouvement ouvrier, essentiellement marxiste, était suspect, se sont trouvés naturellement amenés à incorporer le syndicalisme, sous des formes plus ou moins satisfaisantes, à la nouvelle structure de la société »[20]. C’est en effet une inégalité basée sur le respect des lois biologiques, et non les contradictions économiques, qui guide la société : « (…) la loi la plus profonde de l’existence de toute société organisée fait aussitôt apparaître de nouvelles formes de hiérarchie, la lutte pour la puissance sociale change seulement de terrain »[21], ou dit autrement : « Ce n’est pas l’inégalité dans la distribution des richesses, et la nécessité pour les exploiteurs de maintenir dans l’obéissance les exploités, c’est l’existence la plus profonde de la vie sociale organisée qui exige l’inégale distribution de la puissance sociale »[22]. L’appartenance ethnique et nationale est donc plus prégnante à la naissance que la classe sociale : « C’est ce qu’ont compris, sur le plan de la tactique, les chefs des différents mouvements nationalistes d’Europe (…) appeler à eux presque tous les membres de la communauté, auxquels ils ne désignaient – fait caractéristique – que des ennemis peu nombreux, les financiers internationaux, les révolutionnaires internationalistes, les Juifs »[23]
Cette prise de conscience a débouché sur de réels succès qui laissent présager un avenir meilleur : « Les mouvements « nationalistes » et « fascistes » de ces dernières années, sous une forme empirique, imparfaite et parfois dangereusement exaltée et verbale, signifient sans aucun doute, avant tout, un immense effort pour imposer l’unité communautaire aux classes en lutte, pour mettre fin à l’ère de division des classes et pour rendre à la communauté la domination des instruments de la puissance économique, devenus de trop efficaces moyens de puissance sociale aux mains d’une caste. Quel que soit l’avenir de ces mouvements, il est certain qu’ils ont fait reparaître l’infrastructure organique ou biologique des communautés humaines au premier plan de la scène historique »[24]. Et si des questions restent en suspens et que ces mouvements ne sont pas parfaits, ils ont déjà eu le mérite de vaincre le principal adversaire de la communauté nationale, non pas le capitalisme mais le marxisme : « La croissance et la victoire des divers mouvements nationalistes, à travers le monde, ne doivent pas nous faire oublier qu’ils peuvent être menacés, intérieurement, par la faiblesse de leur pensée politique. (…) les évènements ont prouvé que, fasciste ou national-socialiste, les grands mouvements « nationaux » étaient capables de balayer un adversaire – le marxisme – pourtant beaucoup plus ancien, plus mûr et mieux préparé, et de s’inscrire dans l’histoire de ce temps avec une force presque irrésistible »[25]


[1] Voir notamment L’extrême droite n’a jamais cessé d’exister in AM n°32 d’avril-juin 2005, La cohérence d’un engagement in AM n°40 d’avril-juin 2007 et 1945 ne marque pas la fin des dictatures d’extrême droite en Europe in AM n°69 de juillet -septembre 2014
[2] Voir Quand le relativisme sert à masquer le négationnisme in AM n°34 d’octobre-décembre 2005,
[3] Sur Maurras, voir De l’inégalité à la monarchie in AM n°33 de juillet-septembre 2005
[4] Voir L’inégalité comme étoile polaire de l’extrême droite in AM n°66 d’octobre -décembre 2013
[5] Voir par exemple Un vrai fasciste : ni de droite, ni de gauche mais… d’extrême droite in AM n°31 de janvier-mars 2005 et Plongée chez les radicaux de l’extrême droite in AM n°76 d’avril-juin 2016
[6] Maulnier, Thierry, Au delà du nationalisme, Paris, Gallimard, 1938, P.129
[7] p.119.
[8] P.111
[9] P.247
[10] P.78
[11] P.182
[12] P.174
[13] P.227
[14] P.116
[15] P.218
[16] Voir Le bilan du nationalisme in AM n°39 de janvier-mars 2007 et Le fascisme n’a pas confiance dans le peuple in AM n°53 de juillet-septembre 2010
[17] P.215
[18] P.194
[19] Voir sur ces aspects L’extrême droite défend-elle les travailleurs ? in AM n°60 d’avril-juin 2012, et  La « démocratie autoritaire » pour le bien des travailleurs in AM n°65 de juillet- septembre 2013
[20] P.197
[21] P.94
[22] P.92
[23] P.230
[24] P.198
[25] P.20